top of page

Sur l'écriture #1 : d'où viennent les idées

Dernière mise à jour : 16 nov. 2022

Durant l’écriture d’un #livre, d’où vient l'inspiration ? 🤔


Difficile de répondre à cette question, tant il est commun de se laisser porter par une certaine logique développée pour (et par) les personnages. Ce qui est d’autant plus flagrant dans mon 3eme #roman (Bien sûr nous eûmes des orages, publication mi-2023 chez PopCards Factory), où chaque idée, chaque phrase, s’est mise en place d’elle-même, en toute autonomie, presque par surprise (fameux concept de se faire surprendre par ses propres personnages).


Mais la première idée, la toute première… elle vient d’où ? 🔎


👉 Pour ce dernier roman, je m’en souviens très précisément, c’était le 28 mai 2016, au Mk2 Nation, à la projection du #film 'Elle' (de Paul Verhoeven, avec Isabelle Huppert). Au milieu du film, j’ignore pourquoi, j’ai le pressentiment que le corps sans vie du personnage de Virginie Efira se trouve au sous-sol de la maison…


Bon… Tout faux (alors que j’avais pourtant lu le livre "Oh !..." à l’origine du film) ! Virginie Efira réapparait bien à l’écran, et en vie (désolé pour le spoiler). 🤣

Mais l’idée, elle, reste, intraitable, persistante, insidieuse : celle d’un homme qui conserve le cadavre de sa femme dans le sous-sol de la maison. 2 heures plus tard, je suis chez moi, devant l’ordinateur, et je tape le tout premier mot du livre :

« Beurk !... »

Puis le deuxième.

Le troisième.

Et ainsi de suite, sur 200 pages, pendant 4 ans.


Chez moi, l’idée initiale est donc essentiellement visuelle, voire #cinématographique (je reviendrai sur la distinction dans un prochain post). C’était déjà le cas pour Pornstar (La Musardine, 2013 - le canevas de 'Rocky' appliqué au cas d’un ancien acteur X basculé dans le milieu cinéma traditionnel), et pour La Vie brève de Jan Palach (Le Dilettante, 2018 - inspiré d’un #documentaire vu sur Arte en décembre 1995). 🎬🎥🎞


[Cinématographique, le livre l’est aussi parce que le personnage se rapproche de celui du fameux 'Blue Holocaust' de Joe D’Amato, qui conservait lui aussi le cadavre de sa femme.

Il l’est d’autant plus que de nombreuses petites références viennent ponctuer certaines scènes, certains dialogues - références qu'il faudra vous amuser à retrouver.


Bref, vous aimez le cinéma ? Vous aimerez ce roman où se croisent Ferreri, Tarantino, De Palma, Godard, Zoe Lund, Argento, Hartley, Carax…]


Et vous, vos idées, votre inspiration viennent d’où ?

Du quotidien ? D’un rêve ? De votre entourage ?

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page